C’est presque ça, mais pas que !

C’est aussi pas mal d’éléments à prendre en compte, que je vais détailler dans les points suivants.

C’est tout d’abord un ou plusieurs serveurs.

OK, mais c’est quoi un serveur ?

Réponse bateau, un ordinateur qui rend des services.

Techniquement, du Raspberry Pi au smartphone, en passant par le PC fixe ou portable, tous sont emmenés à délivrer des services proposés par le système d’exploitation (Windows, Linux, Mac) ou par l’utilisateur, via le biais d’un logiciel qu’il aurait installé/configuré.

Il faut comprendre les bons,comme les mauvais côtés de l’externalisation.

Les bons points :

– le côté économique, dans certains cas, il est préférable de louer un équipement chez un fournisseur de cloud plutôt que d’investir dans un matériel coûteux qu’il faudra maintenir, et faire évoluer ou changer.
– la maintenance, hébergé dans un datacentre, le serveur est maintenus par des équipes sur place (24/7 dans la plupart des cas).
– la simplicité d’utilisation, variable selon les offres commerciales proposées, celles-ci peuvent varier avec les réalités techniques, versus le portefeuille.
– le débit vers l’extérieur, les datacentres sont généralement situés très prés des interconnexions fibres, c’est un avantage certain.

Les mauvais côtés

– l’infrastructure est en dehors de l’entreprise, cela peut dissuader dans certains cas.
– la sécurité, généralement, les fournisseurs de cloud disposent d’équipements protégeant des attaques informatiques, mais l’utilisateur se doit d’effectuer des opérations de maintenance à cet effet, sauf dans le cadre d’offres managées par le fournisseur de cloud. On ne laisse pas ses clés de voiture sur le contact ou sur la porte.
– la perte de connectivité entre l’entreprise et son serveur externe. Un des points de fragilité d’Internet sont les DNS (sorte de Pages Jaunes du web), si ceux-ci sont indisponibles, plus de serveurs, à des niveaux géographiques variables(local, à national, à continental ou international).

Pour revenir à se qui se passe dans une serveur, le rôle des serveurs informatiques est de fournir des services autour des données.

Par exemple, le serveur peut :
– fournir un accès aux pages webs,
– offrir un service de courrier électronique,
– stocker vos données en base de données,
– faire tourner des applications.

Du coup tout les services auquel vous accéder en ligne, comme vos musiques via Spotify, vos mails via Gmail, cette vidéo que vous regardez sur Youtube ou vos photos sur Instagram. Tout ça c’est géré et hébergé sur des serveurs

La relation « client-serveur »

Et tous ces services sont accessibles via des requêtes que font des clients. On parle alors de relation “client-serveur”. Il faut comprendre par là, “client du service” et “serveur ou fournisseur du service”.

Mais attention : les clients peuvent être soit des utilisateurs, soit d’autres serveurs. Rien n’empêche un serveur d’être le client du service d’un autre serveur: par exemple un serveur web peut demander à un serveur base de données les informations à afficher sur ses pages web au client.

Serveur et datacentre

Concrètement, un serveur c’est un peu un super ordinateur qui possède des composants similaires à ceux d’un ordinateur comme des ventilos, des barrettes de mémoires RAM, des processeurs, mais tout ça en beaucoup beaucoup plus performant. Parce que ce sont des machines qui traitent énormément de données de manière automatique et simultanée et qui en plus tournent 24h/7.

Rien n’empêche d’utiliser un ordinateur comme serveur !

Les serveurs sont hébergés dans des datacenters quand il s’agit de grandes entreprises. En résumé, un datacentre c’est un site sécurisé qui va héberger plein de serveurs et leur fournir des services pour garantir un fonctionnement optimal et continu (comme équipements réseau, infrastructure de sécurité incendie, de refroidissement des serveurs, etc).